Blog

Abracadabra Spasimata

Spasimata ! J’aime bien les noms qui ressemblent à des formules magiques !

Ça faisait 2 ans que je rêvais de cette balade sans doute l’envie est venue après le film « les randonneurs » avec Benoît Poelvoorde

Donc on gare la voiture à la maison forestière de Bonifato à 9h du matin.

Il n’y a personne dans les environs ni dans la cahute du parking, on ne paie pas le parking. Puis on suit les traces jaunes sur un chemin très facile et bien balisé.

DSC07300

Plus tard, le chemin se rétréci fortement et devient sentier et qu’est ce qui arrive ? Je vous le donne en mille ! Ça commence de nouveau à monter méchamment ! D’ailleurs pour me donner du courage, je réinterprète du Cabrel à ma sauce :

« Et ça grimpe encore et encore
C’est que le début d’accord, d’accord…

Et ça continue encore et encore
C’est que le début d’accord, d’accord…  ».

Enfin heureusement, on est protégé par l’ombre de la forêt.

On croise deux personnes qui descendent en courant. Une autre qui nous dépasse facilement, que j’en suis gênée, avec une grosse caisse de victuaille sur le dos pour le refuge de Carozzu.

On passe une première passerelle le sentier monte encore et encore. Ses bords sont maculés de papiers toilette, c’est très agréable.

DSC00441

« Et ça continue encore et encore …. ». J’en ai marre, j’étouffe, je souligne mes phrases de : « C’est encore loin grand schtroumf ? »

L’avantage dans une forêt c’est qu’on est protégé des ardeurs du soleil, le désavantage : On ne se voit pas avancer !

J’ai atteint mon point d’accumulation de fatigue, je m’arrête tous les 3 pas. Après âpres conciliations avec mes mollets (C’était quand même un rêve !) je reprends courage. Surtout quand un panneau providentielle indique « Refuge de Carrozzu 50m »

DSC07351

J’arrive, je m’effondre sur la terrasse, Pascal m’attends déjà depuis un certain temps pour ne pas dire un temps certain

DSC07313

On mange nos saladièrse, on s’offre une boisson et de la charcuterie. Mmmhh, c’est bon !!!

Le refuge est superbe : c’est une petite maison en pierre de plain-pied, le toit est en lauze, des drapeaux tibétains multicolores ornent la façade, l’encadrement des fenêtres et la porte sont peints d’un vert pimpant, une terrasse en bois sur pilotis l’entoure. La vue sur les montagnes et la vallée est magnifique. Ceux qui font le gr20 disposent leurs tentes à l’arrière. L’ambiance est chouette, tout le monde parle avec tout le monde. Un couple commençant le gr20 vient s’asseoir près de nous, on se nos différentes expériences de ballades. Un groupe un assis plus loin. Deux filles du groupe sont en larmes. Elles se sont fait engueuler par leur guide car elles se sont perdues.

Petite parenthèse :

Sur internet, j’ai lu beaucoup de commentaires  négatifs sur ce refuge. Du style :,qu’ il n’y avait pas suffisamment de choix pour la nourriture, que la nourriture est chère,  que ce n’était pas bon, que l’accueil était froid, qu’il n’y avait pas d’animation, j’en passe et des meilleures ….

J’en suis choqué, j’avoue ne pas y avoir logé, même si j’en avais très envie. Donc mon avis n’est peut-être pas totalement objectif. J’estime quand même que ces avis sont très exagérés : Il y a un grand choix de nourriture, très bonne, un peu chère (normal vu la manière dont elle est transporté) Que nous avons été accueilli avec le sourire (la personne nous a même apporté notre assiette sur la terrasse) qu’il y avait apparemment une soirée guitare et chants corse qui me faisaient baver d’envie.

Si les gens ne sont pas contents, qu’ils aillent dormir dans un club med 5 étoiles quelconque ! Non mais ! Quand on va en refuge, faut pas s’attendre à ce faire servir comme des princes !

Et moi, je le répète, je préfère ce genre de logement que des grands hôtels où l’on a peur de marcher de travers. C’est plus authentique !

Fin de la parenthèse !

Après ce petit aperçu de la vie d’un refuge, on continue vers la passerelle de Spasimata. Le sentier descend, ça change ! Ça se complique un petit peu avec des passages ou il faut se tenir à une chaine.

DSC07350

½ heure plus tard, On est en vue de la passerelle ! On y fait joujou, on la traverse 3 ou 4 fois rien que par plaisir de balancer au-dessus du vide, moments de grandes solitudes, vertiges ! Elle a l’air solide, les planches étaient à l’origine en bois, elles sont métalliques maintenant, ça coupe un peu le charme.

DSC07325

 L’eau s’écoule, claire, dans des vasques en dessous. Propice à la baignade ! Des gens s’y baignent ! Pourquoi j’ai pas pris mon maillot ?

DSC07333

Elle a été remise à neuf, elle n’est plus aussi branlante que dans le film, mais reste néanmoins impressionnante

DSC07344

Fini de jouer ! Il est temps de rentrer !

 

Tags: , ,
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− six = 0

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CorsiCath © Copyright 2013 - Site créé par Pingwin.be