Blog

Le Lac de coeur

La rando du siècle ! La plus belle des randos ! Notre coup de cœur à tous les deux !

Vu ma faible résistance physique, je voulais faire jute un aller-retour au lac Bastiani. Mais, sous l’insistance de notre hôte (comme j’ai déjà dit, Jean est un très bon conseillé), on a décidé de gravir notre premier sommet Corse : Le mont Renoso à 2350m et des poussières. (Les poussières sont importantes : c’est toujours les enjambées les plus dures)

Bien nous en a pris c’était vraiment génial !

Pourtant, c’était mal parti : coincé derrière une voiture escargot pendant des heures, énervement, dépassement, accélération de la vitesse, oubli que l’on peut parfois croiser une voiture venant en sens inverse, évitement un peu juste. Trop juste même. Ce qui devait arriver arriva : Touchette des deux rétros. Résultat vitre du rétro fendue. L’autre voiture est partie, c’est pour notre pomme !

Le temps est toujours au rendez-vous ! Comme recommandé par Jean Nasica, on parque la voiture sur le parking supérieur de la station de ski. Ce qui nous permettra d’éviter 100m de dénivelé très raide dans la caillasse en plein soleil. C’est toujours bon à prendre ! (en fait la piste de ski avec remonte pente ce qui n’est pas très joli)

DSC07184

DSC07186

On grimpe à gauche d’un éperon rocheux, noir, Pietra Niella pour les intimes. Puis, en une heure, on arrive à un petit plateau avec des pozzines. Moment de répit plat ! Puis c’est reparti pour la grimpette,  encore une bonne heure et on arrive au lac de Bastiani

DSC07191

Petite pause en mode « contemplation paysage » observation du sommet. On suit des yeux quelques points de couleurs : ce sont les courageuses personnes qui sont déjà en train d’entamer l’ascension. Bientôt on sera à leur place. Super !

DSC07202

DSC07203

On décide de les suivre, comme des moutons. Première mauvaise idées. Il aurait été bien plus simple de suivre la ligne de crête sur la droite, où la grimpette est beaucoup moins raide. Mais ça on le saura plus tard, au retour

DSC07208

Prendre le Renoso de face n’était pas une bonne idée. Ça grimpe, limite escalade, ponctuée par des nombreux arrêts  dû à mon souffle court et mes excès de râleries en tous genres, comme d’habitude.

DSC07211

Surtout ne pas regarder en bas! Vertige!

Faut dire à ma décharge, pour ceux qui ne me connaisse pas encore, que je suis maladroite et que mes deux pieds (gauches) se prennent régulièrement l’un dans l’autre aux moindres cailloux.

Il a fallu plus d’une heure de crapahutage dans cet enfer pour un changement de paysage radical :

DSC07213

Alunissage sur la lune, dans « la plaine de la sérénité » ! Grande étendue de pierre désertique et surréaliste, lunairement beau. Une petite croix blanche sur un tas de pierre plus haut que les autres indique le sommet. Comme le temps  était dégagé mais froid, on a enfilé notre polar et mangé nos traditionnelles saladières. Fait frisquet sur la lune !

DSC07234

Sur ces entrefaites, un homme est arrivé plus ou moins essoufflé. On a discuté un petit peu avec lui. Il  avait l’air de bien connaître le coin puisqu’il nous a montré en nous nommant toutes les montagnes qu’on voyait (don l’aileron de requin caractéristique de la Pagia Orba)

Puis sa compagne est arrivée. En soutien-gorge ! Pestant encore plus que moi ! Préférant apparemment de loin faire la carpette sur les plages que de grimper sur des tas de cailloux !

Les laissant à leurs discutions, on a entamé le retour avec quelques craintes pour le passage délicat d’escalade qu’on devrait d’escalader. Quelques mètres plus bas, superbe vues sur un lac en forme de papillon (lac de Niellucio)

DSC07230

et encore plus bas vue complète du lac de notre cœur : Bastiani en forme du dit cœur

DSC07246

Le retour vers le lac c’est fait par le même chemin sauf qu’après la « plaine de la Sérénité » On n’a pas trouvé le passage par où on était monté. On est allé sans doute trop loin. Comme le lac était en vue, on a décidé d’un commun accord de couper à vue sur des semblants de sentes. La descende fut bien plus facile que prévue !

Arrêt obliger au lac. On pouvais pas le quitter sans l’ambrasser du regard une dernière fois !

et petit trempage des pieds par la même occasion. fallait marquer le coup !

Arrivée à la hauteur de l’éperon rocheux qu’on avait vu à l’allée (Pietra Niella), on apercevait bien le sentier, mais il semblait descendre trop bas, vers le parking inférieur. Hors notre voiture était sur le parking supérieur ! Et on ne voyait pas de trace de la bifurcation pour le parking supérieur !

On a donc crût bon de couper ! Et au lieu de passer à droite de l’éperon rocheux on est passé à sa gauche ! Mal nous en a pris ! On a été puni !

Oui !, On a bien vu notre petite voiture sur le grand parking bien loin, cependant  pour l’atteindre ce ne fut pas une mince affaire !

DSC07252

Plus de sentier ! Juste du maquis !

Malgré que c’était de plus en plus difficile, Je ne voulais pas remonter. On a continué couper à travers tout. En short, la tenue idéale dans cet environnement pour mes jambes déjà bien amochées.

Le maquis ça pique mais ça va encore ! Mais les aulnes, pardon ! On n’y voit rien. Et plus on descendait, plus y en avait.

La preuve : Chute de l’homme de ma vie, encore sur un caillou mal intentionné ! Craquement sinistre  (j’ai cru et lui aussi qu’il s’était cassé le bassin)

Moi, y avait pas de risque que je tombe, je descendais déjà sur mes fesses rebondies.

On s’est remis doucement en route et après un temps interminable alors qu’on était si proche, on est finalement arrivé à la voiture. Quelle bonheur de la retrouver, celle-là !

Bref, si vous voulez un bon conseil, que l’on tentera de suivre à l’avenir : Ne jamais s’éloigner des sentiers, et si par les plus grand hasards de la vie, on ne le voit plus, on se sent perdu, rebrousser chemin, même si ça grimpe et que ça demande un effort surhumain. Ça permet d’éviter bien des désagréments !

Bon j’avoue, encore une fois, j’ai eu dur, très dur, très très dur, mais c’était beau, très beau, très très beau !!!

Même si la fin était si on peut dire plus que cahotique, le spectacle valait le coup !  J’y retourne quand on veux !!!!!

 

 

 

Tags: , ,
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + = neuf

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CorsiCath © Copyright 2013 - Site créé par Pingwin.be