Blog

Les aventuriers de l’arche de Padule

Comme intro, j’ai rien trouvé de mieux qu’une musique :

Une balade mémorable : L’Arche de Corté pour le commun des mortels, ou l’Arche de Padule pour les intimes, ou encore l’Arcu di Scandulaghja pour les Corses du coin

Le guide papier disait : Durée environ 6h A/R, dénivelé de 1000 m, sans difficultés majeurs mais destiné à des marcheurs confirmés,  se munir de bonnes chaussures et  de suffisamment d’eau. Partir tôt.

Durée : Notre esprit a zappé l’indication de durée (8 h à l’origine beaucoup plus pour nous ! On aura au moins appris quelque chose : prendre toujours plusieurs sources pour pour une balade, ne pas se fier à un seul avis, surtout pour une comme ça )

Dénivelé : On ne savait pas ce que voulais dire un dénivelé de 1000 m (maintenant on le sait)

Difficulté : Pas de difficultés majeurs. Oui, on peut dire ça (si ce n’est la longueur)

Pour marcheurs confirmés : Nous croyons que nous l’étions

Bonne chaussures : OK

La question de l’eau : les 3 litres que nous avions pris pour nous deux ne fut pas du tout suffisant

Partir tôt : Vers 9 h 00, ça va ?

Nous sommes donc partis vers 9 h,14 le lundi 15 juin 2009, depuis un petit parking, non loin de la citadelle de Corte.

Dernier préparatifs avant la balades

Dernier préparatifs avant la balades

L’arche est fléchée par une pancarte et se situe quelques mètres au-dessus du départ du sentier du Tavignano.

Sentier bien balisé (orange) et très pentu dès le départ. Le chemin monte en longeant un muret, continue à grimper dans la rocaille et en plein soleil (on à une vue inhabituelle sur l’arrière de la citadelle)

DSC03893

jusqu’à un petit abri en pierre. Là, Pascal m’attend déjà.

DSC03900

Une Dame, sportive celle-là, a le temps de me dépasser en courant, de  tailler une bavette avec Pascal et redescendre toujours en courant avec quelques encouragements pour ma part à l’occasion. Y a quand même des fous sur Terre ! Moi je vous le dit ! (je plaisante ;-) ) )

Le sentier file ensuite vers la droite et atteint une crête.

DSC03901

On pénètre alors dans une châtaigneraie. On continue le chemin indiqué par des bouts de rubans de rubalise

DSC03903

On s’arrête à un col (surmonté d’une croix) pour manger en compagnie de chèvres

DSC03920

On se remet en route, Un deuxième col puis une petite descente puis une montée progressive, toujours dans la forêt.

DSC03918

Le sentier me paraît longs, mes mollets crient « Pitié » et ne veulent plus continuer à avancer. J’ai donc posé mes fesses sur une pierre, bien décidé à abandonner. Pascal, lui, a continué et il a bien fait !

A peine 10 minutes plus tard, il me téléphonait pour me supplier de faire encore un dernier effort, que ce n’était plus très loin. Alors j’ai pris tout le peu de courage qui me restait dans mes mains, et surtout mes pieds et j’ai continué l’ascension. 20 minutes plus tard, j’ai vu enfin environ 40 m avant d’arriver à ses pieds, la silhouette caractéristique de l’arche se détachant du relief environnant

DSC03930

Il était 15 h de l’après-midi mais le spectacle était à la mesure de mes espérances : tout simplement fabuleux.

DSC00041

Semblable à la porte des étoiles ! mais sculpter dans la pierre granitique

On a évidemment fait une pause repos, casse-croutes, photos, repossssss

DSC03941

Le retour s’est fait beaucoup plus vite par le même chemin.

Vers 17 h arrivée au col je n’avais plus d’eau. Pascal s’est dévoué, m’a donné sa gourde, est descendu à son allure (c’est à dire très vite) pendant que moi, je faisais de même à mon rythme d’escargot

Il a rejoint la civilisation afin de trouver un magasin ouvert pour acheter de l’eau (il était près de 6 heures du soir).

Je suis arrivée vers 20h, au parking Suante, exténuée, mais ravie.

J’avais l’impression d’être une Indiana Jones au féminin  dans les « Les aventurier de l’arche perdue (d’où la musique)

Je voudrais conclure cetarticle par une citation :

« Plus vous entassez de bonheur quelque part et plus vous faites paraître le malheur petit en comparaison. »

Elizabeth Goudge

Mais la remanier à ma sauce pour qu’elle corresponde au mieux à ce que j’ai vécu dans cette rando :

« Plus la difficulté à atteindre le but d’une randonnée est difficile, plus  vous la garderez en vous comme un bon souvenir impérissable »

Signé moi même

 

Tags: , ,

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− deux = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CorsiCath © Copyright 2013 - Site créé par Pingwin.be